Le vent

24.05.2014

Il y avait ces grandes herbes qui pliaient dans la fraîcheur au matin. Les fenêtres qu’on laissait ouvertes. Les chemins aux horizons nets et lointains. Les ciels infinis et l’incessant mouvement des nuages.

Une nuit sans clefs, aussi, à rouler dans Paris comme un con.

Puis le train pour cette ville posée contre la montagne. Une petite bande anglophone, pour quelques jours seulement. Les cris dans la rue toute la nuit.

Il y a les ouvriers en face qui travaillent douze heures par jour. Il y a la pluie.
Et encore assez d’arbres ici pour que les oiseaux s’installent au printemps et nous ramènent à la vie.

download > Les Traversées #2 (nice aac with illustrations and titles)
download > Les Traversées #2 (crapy mp3)

traversees2

No Comments yet

RSS feed for comments on this post.

Sorry, the comment form is closed at this time.