Poussière

09.06.2013

Les mois passent comme si de rien n’était, sans faire vraiment de bruit. New York au milieu, parenthèse de mai qui sauve la vie.
Les compressions décompressions successives de ma poitrine comme de mes tempes donnent une idée de ce que doit être la plongée sous-marine. Une histoire de paliers, de temps qu’il faut prendre. Sauf que d’un jour à l’autre, incapable d’identifier la direction du courant, impossible de savoir si c’est bien vers la surface que tout cela mène. La surface de quoi, d’ailleurs ? Sans doute pas la bonne métaphore, donc.
Le plus dur évidement est d’être présent. D’être là, à chaque fois, alors que tout ce qui emplit c’est l’absence. Et que tout acte semble se répandre à la manière des particules de poussière que je passais des heures à observer dans ma chambre d’enfant les jours de soleil. Fasciné par leur danse que seule la lumière de la rue rendait visible.

Et tandis que l’été finit par s’installer, de beaux disques arrivent, qui sentent l’herbe fraîche, les après-midi insouciants et l’amour.

download > STARSKY #27 (nice aac with illustrations and titles)
download > STARSKY #27 (crapy mp3)

Un commentaire

RSS feed for comments on this post.

  1.  » come to the dance » ah oui ? C’est quand où comment ??!!
    Vive l’amour !

    Comment by lemongrasstiger — 10.06.2013 #

Sorry, the comment form is closed at this time.