The songs in my heart #13

06.05.2010

Something in the way (Mark Goodier’s Evening Session)
Je crois que je pourrais reconnaître le lecteur à cassettes sur lequel j’ai entendu pour la première fois Nirvana. Aujourd’hui ces chansons sont comme des refuges, des grottes. Je les entends comme on écoute un disque un peu fort dans le noir allongé sur le canapé. Et pourtant j’ai toujours trouvé Nevermind horriblement mal produit (ou plutôt mal mixé). Il s’en dégage à la fois la beauté fulgurante de ce mélange inextricable de hardcore et de pop — non pas hybridés, mais joués dans un même titre l’un après l’autre, mais aussi les traces tenaces de l’incompréhension perpétuelle qui a accompagné la fabrique des disques du groupe. Beaucoup trop plat, beaucoup trop propre, beaucoup trop rock.
Je préfère me plonger dans les sessions radio pour frémir encore. Celle-ci me coupe le souffle. Tant, que je n’arrive pas à exprimer ce que j’y trouve. Il y a sa mort évidemment, et la mienne en un sens, ou celle de ces années. Mais pas seulement.

2 Comments

RSS feed for comments on this post.

  1. Interprétation des plus bluffante !

    Je me souviens encore du choc de la découverte de Nevermind au top 50 avant de devenir complétement accro à Nirvana avec In Utero. Ceci dit, je reste fasciné par le live unplugged de MTV, Cobain a l’air tellement ailleurs, qu’on croirait voir un fantôme …

    Comment by Mathieu — 10.05.2010 #

  2. J’aime bien me garer par ici, ta façon de dire la musique, dire tout court d’ailleurs.

    Comment by mlle d'enfer(t) — 13.05.2010 #

Sorry, the comment form is closed at this time.