Rewind 2015

13.12.2015

Ça aurait du être la plus belle des années, elle a été la pire de toutes. Celle qu’ont choisie nos monstres pour nous rappeler au désordre. La mort des proches s’est noyée dans celle de tous les autres. Et dans l’indécence de notre douleur si forte pour ceux-là, alors qu’ils sont ailleurs des milliers. Les jours lumineux, les soulagements, les bonnes nouvelles, les surprises, tout a été balayé de janvier à novembre, couvert de poussière. La paralysie s’est installée et fait depuis son œuvre amnésique. Il faudra attendre avant d’écrire la liste de ce qui est arrivé de bien et de beau. J’ignore tout de l’espoir, s’il en reste. Je ne sais pas si la douleur qui s’est emparée de nos crânes dont le cuir ne semble plus vouloir se détendre finira par s’atténuer. Je n’ai aucune idée d’où cette année va nous mener.

télécharger > Rewind 2015 (un bel aac avec illustrations et titres)
télécharger > Rewind 2015 (un mp3 tout pourri)

Rewind 2015 by Starsky on Mixcloud

rewind2015

avant

20.11.2015

IMG_6525

C’était avant. Avant de partir sur la Côte Ouest. Avant de marcher une journée entière pour aller pleurer face au pont et revenir par les plages. Avant de rouler de long en large sur les boulevards de cette ville dont je suis tombé fou amoureux. Avant le soleil. Avant l’été retrouvé, avant les cafés trop allongés et les burritos au petit déjeuner. Les colibris, les écureuils, les routes en lacets parmi les maisons de luxe. Avant les jours de solitude et le silence.
C’était avant le Colorado, sa lumière crue, la neige. Denver et sa population de voitures et de parkings. Avant le grand raout avec les collègues du monde entier que l’on prend dans ses bras comme de vieux amis.
C’était avant le fil d’actualités qui ne tourne pas rond, la nausée au fond de la salle de conférences. Avant les tirs, les bombes, témoin les larmes aux yeux, seul à savoir durant de longues minutes, tremblant. C’était avant la distance de l’horreur, avant l’attente fébrile des traces des proches qui auraient pu mourir. Avant de plonger la tête dans l’ampli d’Alan Sparhawk pour apaiser les douleurs deux heures durant, c’est déjà bien deux heures. Avant le retour sur Paris, les larmes lorsque l’avion s’arrête, le mal de crâne de janvier qui reprend d’un seul coup.

Ils étaient debout tous les quatre. Georgia dansait doucement au rythme de son maillet et de ses balais. Je ne sais plus comment la chanson a commencé. Je crois que c’est à « We were gonna talk all night till I went away » que j’ai décollé. Le monde s’est évanoui. Il n’y avait que sa voix, les boucles des guitares et de la contrebasse qui ne s’arrêtaient pas. Ça n’est qu’une fois Pass the Hatchet bien entamée que j’ai progressivement repris conscience. J’ai attrapé la main de ma fille, croisé le regard de mon frère de l’autre côté, celui d’Emmanuel. Tout le monde souriait.

juillet, à l’ombre de l’acacia noir

11.07.2015

foulesupport

Jeudi 9 juillet, le collectif Acacia Noir passait des disques au Chair de Poule pour la deuxième édition des soirées Foule Support organisées par Marie Martinez. J’y ai fait en tant qu’arnica un set « tout CD. » En voici la version à emporter.

download > ARNICA – Foule Support (beaux aac avec couvertures et titres)
download > ARNICA – Foule Support (mp3s tout pourris)

Starsky on Mixcloud

Rewind 2014

02.01.2015

L’année s’est condensée puis dilatée. Mars, encore lui, l’a avalée presque tout entière et l’a recrachée dans un fragile nuage.
Bill Callahan a souri, les rues du Lower East Side ont blanchi sous mes pas, nous avons joué à passer des disques, la musique est venue d’Australie, les textes de E. m’ont fait frissonner, l’empreinte de Montréal sur ma peau est devenue indélébile, C. a joué du piano, un cathéter s’est logé quelques jours dans le bras de N., j’ai envoyé un document de 620 430 caractères à la relecture.
Je sens encore l’odeur de la neige et la brûlure du vent sur mes cuisses.

télécharger > Rewind 2014 (un bel aac avec illustrations et titres)
télécharger > Rewind 2014 (un mp3 tout pourri)

Rewind 2014 by Starsky on Mixcloud

L’envers

19.10.2014

La chaleur incongrue d’octobre accélère l’évaporation de ces semaines d’apesanteur. Je cours sans fatigue ni friction. J’attends de me sentir vieux. Vieilli au moins.

download > Les Traversées #3 (nice aac with illustrations and titles)
download > Les Traversées #3 (crapy mp3)

L’envers (Les traversées #3) by Starsky on Mixcloud

Pluie d’été

27.07.2014

— I think it’s gonna rain.
— Are you sure? The sky is so blue.
— Look into my eyes.
— Oh.

Few songs about the rain for the Summer Mix Series.

Summer Rain by Jay Strsky on Mixcloud

download > Summer Rain

2014 Extended Summer Mix

19.07.2014

Droit devant, l’horizon. Des mots épars, déjà lointains, font encore résonner ma poitrine comme un baume, un alcool doux. Un long baiser. Solides et légers, nous avançons en silence. Mes bras assez larges désormais pour nous protéger.

download > 2014 Extended Summer Mix (nice aac with illustrations and titles)
download > 2014 Extended Summer Mix (crapy mp3)

Le vent

24.05.2014

Il y avait ces grandes herbes qui pliaient dans la fraîcheur au matin. Les fenêtres qu’on laissait ouvertes. Les chemins aux horizons nets et lointains. Les ciels infinis et l’incessant mouvement des nuages.

Une nuit sans clefs, aussi, à rouler dans Paris comme un con.

Puis le train pour cette ville posée contre la montagne. Une petite bande anglophone, pour quelques jours seulement. Les cris dans la rue toute la nuit.

Il y a les ouvriers en face qui travaillent douze heures par jour. Il y a la pluie.
Et encore assez d’arbres ici pour que les oiseaux s’installent au printemps et nous ramènent à la vie.

download > Les Traversées #2 (nice aac with illustrations and titles)
download > Les Traversées #2 (crapy mp3)

traversees2

Rite

13.04.2014

trav1

L’appréhension avait mué au fil des semaines en inquiétude sourde, presque abstraite. Moi qui ne suis jamais seul, qui ne l’ai jamais été. Cinq semaines. Et puis le train, le RER, l’aéroport. Le mouvement, enfin, avait tout effacé.
Lower East Side. Un peu moins nettoyé que je ne le craignais. Plus une trace du danger de la vie d’avant, mais un peu du fantôme des âmes défoncées et heureuses qui ont traversé ces rues. Quelques lambeaux qui m’ont fait frémir, embellis par les flocons tombés ce matin même où j’avais tenu à dépenser mes dollars chez Kim’s. La 125ème, pour quelques minutes. La descente le long de Central Park, la neige qui résiste à la pénombre. Brooklyn Heights avant de partir.
Puis Montréal. Les tempêtes, le froid qui frappe le visage comme pour le rendre plus vivant. L’alternance des rues résidentielles et des commerces branchés du Mile End. Les disquaires. Les amis qui ponctuent les journées de travail en apnée. Sylvain Sylvain dans un rade, en Jonathan Richman tout tordu. Une part de la nuit qui hantait mon adolescence sur le bras droit.
Cinq semaines évaporées. Et pour la première fois depuis des années, quelques chansons gardent en elles l’empreinte de ces pas.

download > Les Traversées #1 (nice aac with illustrations and titles)
download > Les Traversées #1 (crapy mp3)

trav1

Retombée

08.02.2014

Lorsqu’elles ne sont pas enregistrées pour trouver l’amour, les cassettes et leurs pochettes découpées à la main sont glissées dans la poche des amis comme on prescrit un médicament rare, comme on offre une drogue douce. On peut se retrouver dans un café populaire, parler un peu. Tu peux essayer de me raconter, je peux essayer de comprendre. Écrire peut-être. Mais ça ne remplacera pas les émanations qui s’échappent de chaque interstice, la réaction chimique du passage d’une chanson à l’autre. Ces déplacements d’air sont plus forts que tout. Ils réparent les os, ils referment les plaies, ils calment les peurs.
Toujours, la musique apaise les douleurs invisibles.

download > STARSKY #30 (nice aac with illustrations and titles)
download > STARSKY #30 (crapy mp3)